Language selection

Recherche


Amélioration des données de surveillance des forêts pour soutenir l’aménagement durable des forêts

Qu’est-ce qu’une forêt aménagée de façon durable?

Aménager les forêts du Canada de manière responsable et durable signifie reconnaître les interconnexions étroites entre l’environnement, l’économie et le bien-être social afin que les besoins et les attentes de toutes les personnes qui utilisent les forêts puissent être satisfaits aujourd’hui et dans le futur.

L’aménagement durable des forêts est une priorité claire et un objectif politique central des gouvernements du Canada. À mesure que le concept d’aménagement forestier durable évolue et s’adapte à l’évolution des valeurs, des circonstances et des besoins, il en va de même des politiques forestières et des autres initiatives conçues pour y parvenir.

Si vous avez déjà pris l’avion au Canada, fait une balade en voiture à la campagne ou marché dans votre parc urbain local, il y a de fortes chances que vous ayez remarqué qu’il y a beaucoup d’arbres au Canada. Les nombreux types de forêts et leur divers stades de développement représentent une mosaïque vaste et diversifiée d’écosystèmes dont dépendent la santé et le bien-être des personnes, des animaux et des autres plantes. En tant que gardien de la troisième plus grande zone forestière du monde, le Canada a la responsabilité de veiller à ce qu’elle soit aménagée de manière durable. Pour ce faire, nous devons comprendre la composition et les dynamiques naturelles des écosystèmes forestiers, ainsi que leur résilience, c’est-à-dire leur capacité à se régénérer et à se réorganiser après différents types de perturbations. Par où commencer pour comprendre des forêts aussi vastes et diversifiées que celles du Canada? Nous les examinons sous tous les angles, en collectant et en analysant des données sur tous les types d’écosystèmes forestiers au fil du temps.

L’Inventaire forestier national : une approche pancanadienne de collecte de données sur les forêts

Depuis des décennies, le Canada recueille des informations sur les forêts en partenariat avec les provinces et les territoires afin de mieux comprendre et gérer les ressources forestières. En 2000, l’Inventaire forestier national (IFN) a été créé et chargé de recueillir des échantillons de données normalisées pour rendre compte de l’état et des changements de toutes les forêts canadiennes. L’IFN a été conçu pour fournir des renseignements scientifiques pancanadiens sur les forêts à des fins d’analyse stratégique et de prise de décision. Aujourd’hui, l’IFN continue d’être le fruit d’une collaboration entre les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux et vient compléter les programmes provinciaux d’inventaire forestier qui visent à assurer un approvisionnement durable en bois, entre autres valeurs.

Remesurer les sites au fil du temps : la clé pour comprendre nos forêts

Les nouvelles données sur les placettes terrain, qui sont maintenant publiées chaque année par l’IFN, fourniront aux chercheurs et aux praticiens forestiers les données nécessaires pour mieux comprendre la résilience des forêts et leur valeur de conservation à grande échelle au Canada.

Au cours des années 2000, des mesures de « référence » ont été recueillies au sol, en avion et depuis l’espace et nous ont permis de comprendre les forêts canadiennes d’une manière méthodique et complète qui n’avait pas été faite auparavant. Dans les années 2010, les mêmes endroits ont été remesurés en utilisant des méthodes améliorées compatibles avec celles de la mesure précédente. Aujourd’hui, après plus d’une décennie de collecte et d’analyse de nouvelles données, ces données de remesure sont à la disposition des chercheurs, des décideurs et du public pour mieux guider les décisions d’aménagement durable des forêts et nous permettre d’étudier les questions de résilience, d’adaptation et de conservation des forêts à grande échelle.

Comment les nouvelles données de l’IFN nous aident-elles à commencer à répondre aux questions sur les progrès réalisés en matière d’aménagement durable des forêts?

Exemples de données mesurées au fil du temps avec l’Inventaire forestier national

Sur le terrain

Données recueillies : état des arbres, arbustes, herbes et mousses

Amélioration des méthodes :

  • L’état des arbres est désormais collecté, ce qui permet d’évaluer les dommages et de mieux estimer la biomasse des arbres
  • Les arbustes sont maintenant identifiés et mesurés séparément, ce qui peut aider à évaluer l’état du combustible
  • L’identification des espèces d’arbustes, d’herbes et de mousses est désormais normalisée afin d’améliorer la précision des aires de répartition des espèces et d’autres attributs écologiques

En avion et depuis l’espace

Données recueillies : espèces, perturbations, structure de la forêt, stade de développement, densité et hauteur

Amélioration des méthodes :

  • Une nouvelle imagerie très détaillée permet d’estimer plus précisément les attributs des forêts
  • Amélioration des techniques d’estimation de la biomasse forestière

Définir la valeur de conservation des forêts ou leur résilience à différents facteurs de stress ou perturbations peut s’avérer difficile et il n’existe pas de méthode unique pour le faire. Mais l’accès à des données de qualité et impartiales est vital. Avant de commencer à répondre à la question « Une forêt est-elle résiliente au stress? » ou « Où devrions-nous cibler les efforts de conservation des forêts pour préserver la biodiversité? », nous devons d’abord connaître la composition et la structure de ces forêts et leur évolution dans le temps. C’est là que les données de l’IFN peuvent être utiles.

Le fait de retourner sur les mêmes sites forestiers et de les remesurer, décennie après décennie, permet aux utilisateurs de données de suivre les attributs forestiers et les processus naturels des forêts dans le temps. Par exemple, les données de remesure de l’IFN peuvent nous permettre de suivre la distribution des espèces et les changements dans la quantité de bois mort et de vieilles forêts, ce qui peut fournir des informations précieuses sur la qualité de l’habitat pour des espèces spécialisées telles que celles qui dépendent du bois mort et des vieilles forêts pour survivre. Les données de remesure de l’IFN jouent également un rôle essentiel dans la validation et l’amélioration des modèles d’écosystèmes forestiers et de carbone canadiens. Toutes ces données nous renseignent, directement ou indirectement, sur la capacité de nos forêts à séquestrer et à stocker le carbone, et à préserver la biodiversité à long terme.

Les données de l’IFN sont également souvent collectées avant qu’une perturbation ou un facteur de stress ne survienne, puis recueillies à nouveau pendant ou après qu’une forêt ait été touchée par une perturbation telle qu’un feu de forêt, une sécheresse, une récolte, une épidémie d’insectes ou une maladie. Comprendre ces conditions forestières antérieures et revenir collecter de nouvelles données lorsqu’une forêt commence à se rétablir nous permet d’étudier comment (ou si) une forêt est capable de se régénérer et revenir à son état antérieur, auquel cas la forêt ferait preuve de résilience. Ce processus peut être lent et s’étendre sur des décennies. Les changements dans la croissance de la forêt, la composition des espèces et les éléments nutritifs du sol sont quelques-uns des attributs de la forêt surveillés par l’IFN qui peuvent nous renseigner sur sa résilience.

Nouveaux outils, nouvelles technologies et nouvelles données pour suivre l’évolution constante des forêts

Les forêts s’adaptent constamment aux conditions qui les entourent, mais le changement climatique a rendu plus incertaines les hypothèses de base sur l’état des forêts au Canada. Les différents types de forêts et d’espèces d’arbres s’adapteront aux effets du changement climatique à des rythmes différents et de manières différentes. Pour suivre le rythme, la science et les critères qui guident la gestion durable de nos forêts ont continué à évoluer. La série chronologique de l’IFN, construite à partir de mesures répétées dans le temps, peut servir de bibliothèque régulièrement mise à jour qui enregistre les besoins d’adaptation et les conditions changeantes des forêts canadiennes. Ces données peuvent éclairer l’évolution des pratiques d’aménagement forestier durable nécessaires dans un contexte de changement climatique rapide.

Plus de 75 % des forêts du Canada se trouvent dans la zone boréale, couvrant près de 282 millions d’hectares, soit environ la taille de l’Argentine. Si la forêt boréale canadienne était son propre pays, elle serait le huitième plus grand pays du monde. La plupart de ces forêts sont extrêmement éloignées et difficiles d’accès et de mesure.

En utilisant de nouveaux outils, de nouvelles technologies et de nouvelles sources de données, l’IFN s’efforce d’améliorer continuellement notre capacité à estimer avec précision les caractéristiques des forêts du Canada. L’un des changements les plus profonds de la technologie a été l’amélioration de la qualité de l’imagerie satellitaire. Les nouvelles images satellites de haute qualité, qui permettent de mieux distinguer les types de forêts des zones non forestières qui les entourent, nous ont permis d’améliorer notre compréhension de ces zones forestières éloignées ainsi que des pressions exercées sur ces forêts.

Image montrant l’augmentation de la qualité des images satellites pour améliorer l’estimation des caractéristiques des forêts canadiennes.

La surveillance précise des forêts du Canada est plus importante que jamais

Les forêts du Canada peuvent contribuer à atténuer le changement climatique en absorbant le carbone de l’atmosphère, tout en générant des produits du bois durables et en conservant la biodiversité pour les générations futures. En même temps, ces forêts et les communautés qui en dépendent devront s’adapter à des taux de réchauffement et de changement parmi les plus rapides de la planète. Des mesures rigoureuses des forêts et l’amélioration de la précision de ces mesures jouent un rôle crucial dans la compréhension de la façon dont les forêts réagissent aux perturbations tant naturelles qu’induites par les humains. Les données scientifiques nous aident à mieux comprendre les tendances forestières et à y répondre par un aménagement durable des forêts dans un contexte de changement climatique.

Détails de la page

Signaler un problème sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :